Le doublage au Québec

Le doublage au Québec, est un doublage fait dans ce que l’on appelle communément le français international : un français neutre sans spécificité régionale, et compréhensible dans tous les pays francophones.

L’industrie du doublage du Québec est née du souci des Québécois de pouvoir apprécier en français, composante essentielle de l’identité de cette province du Canada, des œuvres audio-visuelles tournées dans une autre langue que la leur.

Les premiers doublages québécois apparaissent à partir de 1956 sur le petit écran : parmi eux, on a la série Les Aventures de Robin des bois et le dessin animé Les Pierrafeu.

 Map-Francophonie_organisation_2005

 

Cette volonté d’écouter les séries télé et les films dans sa propre langue devient très rapidement une source de conflit entre le Québec et la France.

« La guerre de la voix commence en 1961, lorsque le gouvernement français complète par un décret la loi de 1947, obligeant le doublage en français des films étrangers. »Donc, dans l’hexagone, les films étrangers peuvent être transmis seulement s’ils ont été doublés en territoire français. De plus, l’unique chaîne de la Radio Télédiffusion Française (RTF) à l’époque achète vraiment peu des producteurs américains (plus ou moins treize épisodes par an), et ça va justement entraîner le développement des doublages québécois de programmes de télévision.

Donc, Télé Luxembourg et Télé Monte-Carlo (TMC), deux chaînes privées situées à la frontière française, deviennes les principaux acheteurs européens de VFQ, à la plus grande satisfaction des téléspectateurs frontaliers, qui partagent avec ceux de Montréal la quasi-totalité de la production aux États-Unis.

Le reste de la France ne reste pas longtemps imperméable au phénomène du doublage québécois : mais il faut attendre 1975 pour que les téléspectateurs français aient leur premier contact significatif avec la VFQ, quand la chaine TF1 diffuse le premier épisode de Cosmos 1999.

Fascinés par la série, les téléspectateurs prennent vaguement conscience que les protagonistes parlent avec des voix inconnues, qui n’appartiennent pas au répertoire des grands du doublage français. La raison est simple : la série a été doublée à Montréal.

Mais la guerre des voix continue : en 1978, les doubleurs français font une grève de 18 jours et, à la fin, ils obtiennent que les chaînes de télé françaises se limitent à un maximum de 42 heures de diffusion de séries doublées au Québec par an. Cet accord va limiter l’achat en France des produits doublés au Québec, mais ça ne va pas durer beaucoup. Tout d’abord, de nombreuses séries inédites surgissent en VFQ dans les clubs vidéo durant toutes les années 80 ; ensuite, Star trek, la patrouille du cosmos est diffusée pour la première fois sur TF1 en 1982, dans un doublage fait à Montréal. 

Enfin, chose plus importante, on assiste à la naissance des chaînes télé privées comme La Cinq ou M6 qui transmettent beaucoup des films et série en VFQ (comme par exemple La petite maison dans la prairie ou L’Incroyable Hulk).

C’est pour ces raisons que les Français sentent la nécessité de modifier leur position sur le marché du doublage.

doublage_sonore
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s